Syracuse – Aéroport International Hancock




    image radar France




    Newsletter:

  • Camstreamer & Youtube, Technologie
  • http://www.syrairport.org/
  • Back to Portfolio






L’aéroport international Syracuse Hancock est la porte d’accès au monde de Central New York. Avec des dizaines de vols directs à travers la côte Est et le Midwest, Syracuse est un excellent endroit pour commencer votre voyage.
La Syracuse Regional Airport Authority («l’Autorité»), une société d’utilité publique, est créée pour fournir les outils et le soutien nécessaires à l’aéroport international Syracuse Hancock pour entretenir et exploiter les installations de manière sûre et efficace. L’Administration s’est engagée à promouvoir la croissance et le succès de l’aéroport international Syracuse Hancock en supervisant la responsabilité financière, le marketing régional et la création d’emplois dans le secteur de l’aviation, ainsi que les industries qui soutiennent l’aviation. L’Autorité est organisée en vertu de la loi sur les autorités publiques de l’État de New York.

Syracuse est une ville américaine située dans l’État de New York, siège du comté d’Onondaga. D’après le recensement de 2010, la ville a une population totale de 145 306 habitants, et son agglomération compte 732 117 habitants. Elle est le foyer économique et académique du centre de l’État de New York, une région de plus d’un million d’habitants. La ville doit son nom à la ville italienne du même nom, Syracuse, qui se trouve sur la côte est de la Sicile. Ce nom est choisi en raison des points communs que partagent les deux lieux : une industrie salière importante et une ville voisine s’appelant Salina (du nom de l’une des îles Éoliennes).

La région de Syracuse est découverte par les Européens lorsque des missionnaires français y arrivent dans les années 1600. Un groupe de jésuites, de militaires et de coureurs des bois (parmi lesquels Pierre-Esprit Radisson) établirent une mission sur la rive sud-ouest du lac Onondaga après y avoir été invités par les Onondagas, l’une des cinq tribus de la confédération des Iroquois.

Au terme de la guerre d’indépendance des États-Unis, de nouveaux colons viennent s’établir dans la région, attirés par le commerce avec les indiens Onondaga. Plusieurs salines furent découvertes dans les marécages de Syracuse, valant à la ville son surnom de Salt City. Le nom de cette colonie varie à plusieurs reprises : d’abord appelée Webster’s Landing (1786), puis Bogardus Corners (1796), elle devient Milan (1809), South Salina (1812), Cossits’ Corners (1814) et Corinth (1817) ; cependant, le Postal Service s’oppose à ce dernier nom, car il existe alors déjà un bureau de poste de nom de « Corinth » à New York. Le nom définitif est adopté par analogie avec les salines entourant la ville sicilienne de Syracuse. En 1820, le village de Syracuse reçoit le statut officiel de commune. Cinq ans plus tard, le canal Érié relie l’agglomération. En 1839, Syracuse annexe la petite ville voisine de Salina et obtient le statut de cité de l’État de New York.

Avec la croissance de l’industrie du sel, Syracuse devient l’un des foyers du mouvement abolitionniste. Le 1er octobre 1851, un esclave affranchi nommé Jerry est arrêté en application de la loi sur les esclaves en fuite. Le Liberty Party antiesclavagiste tient à ce moment sa convention en ville : à l’annonce de cette arrestation, plusieurs centaines d’abolitionnistes convergent vers la prison pour libérer le convict. Au cours de la guerre de Sécession, Syracuse est l’une des villes d’étape pour le chemin de fer clandestin.

L’industrie du sel se met à decliner au terme de la guerre de Sécession, mais elle est relayée par de nouvelles activités industrielles. Parmi les entreprises qui s’établissent au cours de la Belle époque, il y a lieu de citer la Franklin Automobile Company, qui produit les premiers moteurs à refroidissement à air, et Craftsman Workshops, fleuron du magnat de l’ameublement, Gustav Stickley.

Plusieurs immeubles historiques de Syracuse ont été démolis dans les années 1950 et 1960, cependant qu’on construisait des musées et des locaux administratifs. La population connait un pic avec 221 000 habitants en 1950. Dans les années 1980, plusieurs immigrants venus d’Afrique et d’Amérique centrale s’établissent à Syracuse, sous les auspices de certaines fondations religieuses ; mais cet afflux de nouveaux citadins est impuissant à enrayer l’hémorragie démographique vers la banlieue (dont la population, elle, est très stable).

La récession industrielle à Syracuse remonte aux années 1970. La faillite de plusieurs entreprises moyennes accélère la hausse du chômage ; son niveau redescend dans les années suivant et la ville est aujourd’hui fortement attachée au Parti démocrate, comme le reste de l’État.





Booking.com