Saint-Pïerre


    image radar France


    image radar France


  • Eau
  • https://www.cheznoo.net
  • Back to Portfolio






Saint-Pierre-et-Miquelon est un archipel français d’Amérique du Nord situé dans l’océan Atlantique nord, au sud de l’île canadienne de Terre-Neuve. Miquelon se trouve à 21 km à l’ouest-sud-ouest de l’extrémité occidentale de la péninsule de Burin, dans la partie méridionale de Terre-Neuve, l’île Saint-Pierre étant à 19 km au sud-ouest de cette même pointe. Ancien département d’outre-mer, puis collectivité territoriale à statut particulier, c’est aujourd’hui une collectivité d’outre-mer.

L’archipel est composé de deux îles principales : Saint-Pierre, la plus petite qui abrite cependant 86 % de la population, ainsi que Miquelon constituée de deux presqu’îles : Grande Miquelon et Langlade reliées entre elles par un isthme de sable (tombolo double) depuis le xviiie siècle. D’autres petites îles et îlots non habités font partie de l’archipel (la souveraineté sur l’Île Verte étant incertaine. Cependant l’article 13 du Traités d’Utrecht (1713) précise que la France reconnait à l’Angleterre la souveraineté des terres nouvellement découvertes et des îles alentours, dont fait partie l’île Verte.).

L’archipel est l’un des sept territoires français en Amérique (avec la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Clipperton) et le seul en Amérique du Nord, dernier vestige de la Nouvelle-France, perdue lors de la guerre de Sept Ans.

La commune de Saint-Pierre est composée de l’île Saint-Pierre et de quelques îlots et rochers proches : l’île aux Marins, l’île aux Vainqueurs, l’île aux Pigeons, le Grand Colombier, Pointe Blanche, l’îlot Noir, l’île au Massacre et les Canailles.

La ville a été construite autour de la rade de Saint-Pierre.

Vue générale de la ville.
Le reste de l’archipel est constitué de l’île de Miquelon formant la commune de Miquelon-Langlade.

Saint-Pierre et Miquelon se situe à environ 4 000 km de la Métropole et à une vingtaine de kilomètres des côtes canadiennes les plus proches, l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon (47°N – 56°W) est un ensemble d’îles (Miquelon, Langlade et Saint-Pierre qui sont les principales).

L’organisation urbaine est typique des colonies françaises du Nouveau Monde : un centre-ville en damier, avec les bâtiments commerciaux autour du front de mer.

Les influences continentales et ses poussées d’air arctique se conjuguent aux influences maritimes, sous la contribution du Gulf Stream et du courant du Labrador, pour fournir à ces îles un climat océanique froid sous l’influence dominante de la mer.

La température moyenne annuelle (5,7°C) se distingue par une amplitude annuelle élevée de 19°C entre le mois le plus chaud (16,2°C en août) et le mois le plus froid (-3,2°C en février).

D’après la classification de Köppen le climat de Saint-Pierre est classé comme Dfc3, c’est-à-dire un climat subarctique sans saison sèche. La température moyenne du mois le plus froid est inférieure à 0 °C (février avec −3,2 °C) et celle du mois le plus chaud est supérieure à 10 °C (août avec 16,2 °C), tandis que les précipitations y sont stables. L’été est court et frais car la température moyenne du mois le plus chaud est inférieure à 22 °C (août avec 16,2 °C), la température moyenne est supérieure à 10 °C pour moins de 4 mois (juillet, août et septembre avec respectivement 14,1 °C, 16,2 °C et 13,5 °C) et la température du mois le plus froid est supérieure à −38 °C (février avec −3,2 °C).

Les précipitations sont importantes (1326 mm par an) et bien réparties dans l’année, avec toutefois un maximum en automne. Le nombre de jours de précipitations (pluie ou neige) est élevé : 162 jours de précipitations supérieures à 1 mm, la quantité de neige reste très variable d’une année sur l’autre. Saint-Pierre est souvent balayé par les perturbations qui circulent rapidement d’ouest en est.

La durée d’insolation est peu importante (1411 heures). Ce qui s’explique par la forte nébulosité observée en toutes saisons, ainsi que par les brouillards particulièrement fréquents en juin et juillet.

Les vents sont souvent forts. Il y a 156 jours de vent violent par an, principalement d’octobre à avril.

En hiver, la mer ne gèle que très exceptionnellement autour des îles. Il arrive néanmoins à partir de janvier et jusqu’au début d’avril que des iceberg en dérive, provenant des régions arctiques, s’approchent autour des îles, qu’ils libèrent en général au bout de quelques jours, entraînées par les vents et les courants.

Certaines tempêtes de neige prennent quelquefois un caractère violent. Amenés par des vents froids et secs du Nord-Est, ce sont de véritables blizzards, dont on en compte en moyenne deux ou trois par hiver.

Au printemps, les températures remontent très lentement et l’air demeure glacial jusqu’à la fin de mai, d’où le caractère tardif de la végétation.



webcam saint-Pierre