Le Cap – Table Mountain


    image radar France


    image radar France




    Newsletter:

  • Montagne, Urbanisme
  • Back to Portfolio






La montagne de la Table est un massif de la province du Cap-Occidental en Afrique du Sud, qui surplombe la ville du Cap.
Elle fait partie des sept nouvelles merveilles de la nature.

Son nom provient de sa forme qui, de loin, semble aussi plate que le dessus d’une table. Lorsque les nuages s’y accrochent, on dit que la « nappe » (en anglais table cloth) est mise.
La montagne de la Table se trouve au nord de la péninsule du Cap qui est elle-même terminée au sud par le cap de Bonne-Espérance. Elle culmine à 1 086 mètres d’altitude et sa superficie au sommet est d’environ 3 km2. Elle est flanquée à l’ouest de deux collines : Lion’s Head, au sud, et Signal Hill, au nord, et à l’est par Devil’s Peak.
La partie sommitale de la montagne est essentiellement composée de grès quartzique de l’Ordovicien, fortement résistants à l’érosion. En dessous se trouvent des schistes sédimentaires micacés assez solides et donc peu exposés. La base de la montagne est constituée d’intrusions de granite.

Le climat est de type méditerranéen, caractérisé par des étés chauds et secs et des hivers doux et humides.

On y trouve près de 1 500 espèces de plantes, dont le célèbre fynbos et de nombreuses variétés de proteas, la fleur symbole de l’Afrique du Sud. Les animaux qui y vivent sont le daman du Cap (rongeur), le porc-épic, la mangouste, des serpents et des tortues. Le dernier lion y fut abattu vers 1802. Il y eut des léopards jusqu’aux années 1920. Le rooikat (« chat rouge » en afrikaans) ou caracal et le vaalboskat (« chat du bois de la vallée ») ou vaalkat, une variété de chat sauvage, ont également disparu, même si on continue d’apercevoir le rooikat. On trouvait aussi des jharals ou tahrs de l’Himalaya, dont les ancêtres s’échappèrent du zoo du Cap en 1936. Ils furent éliminés afin de permettre la réintroduction d’une espèce indigène, l’Oréotrague ou klipspringer.

La montagne de la Table est le symbole principal de la ville du Cap et son attraction touristique principale. Les touristes peuvent monter à pied ou emprunter un téléphérique, dont la construction débuta en 1926. Son inauguration eut lieu en 1929. En 1997, il est rénové, et peut transporter 65 passagers à la fois, au lieu de 25 par le passé. Les nouvelles nacelles de type Rotair sont plus rapides et tournent sur elles-mêmes, offrant au spectateur une vue panoramique à 360° de la ville du Cap. Au sommet, on trouve un restaurant et des échoppes de souvenirs.
La montagne fait partie d’un parc national mais des sentiers de randonnée balisés ont été créés et il y a des voies d’escalade de difficultés différentes. Il existe également un réseau de cavernes et de grottes qui permettent de s’adonner à la spéléologie, dans un cadre exceptionnel car, contrairement à la plupart des grottes, celles de la montagne de la Table sont creusées dans le grès et non dans le calcaire.

La montagne de la Table est le seul objet terrestre à avoir donné son nom à une constellation, la Table. C’est l’astronome français Nicolas-Louis de Lacaille qui a proposé à l’origine le nom de Mensæ mons (montagne de la Table), qui deviendra ensuite simplement Mensa, après un séjour au Cap en 1752 où il réalisait des relevés.