WEBCAM LIBEREC (République Tchèque)



La ville de Liberec en vidéo et en temps réel. Liberec est arrosée par la Neisse — Neisse de Lusace, en tchèque : Lužická Nisa — et se trouve à 44 km au sud de Görlitz (Allemagne), à 72 km à l'est-nord-est d'Ústí nad Labem et à 89 km au nord-est de Prague. La commune est limitée par Chrastava, Nová Ves et Mníšek au nord, par Bedřichov, Janov nad Nisou et Jablonec nad Nisou à l'est, par Rádlo, Jeřmanice, Dlouhý Most, Šimonovice et Proseč pod Ještědem au sud, et par Světlá pod Ještědem et Kryštofovo Údolí à l'ouest. Par ailleurs, la commune de Stráž nad Nisou forme une enclave à l'intérieur de la commune de Liberec. La première référence écrite mentionnant Liberec date de 1352. Liberec n'est alors qu'un gué sur la route commerciale nord-sud, halte après le passage de la crête du Ještěd. Mais au xvie siècle, la ville connaît une expansion grâce à l'industrie textile et obtient le statut de ville franche sous le règne de l'empereur Rodolphe II en 1577. Les Redern, seigneurs de Liberec-Reichenberg, doivent s'exiler à cause de leur défaite à la bataille de la Montagne Blanche. L'essor de Liberec date des dernières décennies du xixe siècle, lorsque la ville devient l'un des principaux centres de l'industrie textile de l'empire austro-hongrois. On la surnomme alors la « Manchester de Bohême ». Les riches entrepreneurs de la ville font bâtir de somptueuses demeures qui font encore aujourd'hui le charme du centre-ville, qui a été épargné par les destructions des deux guerres mondiales. Située sur les territoires de la couronne de Bohême, Liberec est une ville à la population à 90 pour cent allemande. On la connaît alors sous son nom de Reichenberg. Elle fait partie de Région des Sudètes, ces territoires épousant grossièrement la ligne des montagnes entourant le quadrilatère de Bohême, et dont la population est majoritairement de langue et de culture allemandes. La question de l'intégration de la minorité allemande pose problème dès l'indépendance de la Tchécoslovaquie. Elle s'insère convenablement dans le jeu politique et la vie sociale tchèques dans les premières années de la République — si l'on excepte quelques troubles dans les toutes premières années du jeune État tchécoslovaque —, mais avec la crise de 1929 qui frappe plus particulièrement la région, dont l'économie reposait sur l'industrie légère, l'agriculture et le textile fortement dépendants des marchés extérieurs, la situation change. Frappés par le chômage, les Allemands des Sudètes sont une proie facile pour les nazis parvenus au pouvoir en Allemagne en 1933 et qui font ouvertement propagande pour le rattachement de Région des Sudètes au Reich, par l'entremise du chef du parti national-socialiste des Sudètes Konrad Henlein, natif de Reichenberg, et qui en fait le siège de son parti. Vue générale depuis le beffroi de l'hôtel de ville. Après les accords de Munich, la Région des Sudètes est annexée à l'Allemagne et Reichenberg devient la capitale du Gau du Sudetenland (Gau de la Région des Sudètes). Après la guerre, les Allemands des Sudètes sont expulsés et la région repeuplée progressivement par des habitants venus d'autres régions tchécoslovaques. En août 1968, les forces du Pacte de Varsovie passent par Liberec. Cette incursion dans la ville provoque la mort de neuf personnes innocentes, dont le mémorial se situe aujourd'hui à la mairie.