Chaux




    image radar France




    Newsletter:

  • Campagne & Paysage, Montagne, Technologie
  • Back to Portfolio




webcam Chaux-Belfort
Voir le live



L’aérodrome de Belfort Chaux (code OACI : LFGG) est un aérodrome ouvert à la circulation aérienne publique (CAP), situé sur les communes de Sermamagny et de Chaux à 7 km au nord de Belfort dans le Territoire de Belfort (région Bourgogne-Franche-Comté, France).
Il est utilisé pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (aviation légère, montgolfière et aéromodélisme).

L’aérodrome a été créé pendant la Première Guerre mondiale. Il a accueilli 21 escadres successivement ou parfois simultanément. L’une d’entre elles, l’escadrille MS 49, comptera parmi ses pilotes Adolphe Pégoud, qui s’est illustré avant le début du conflit par l’exécution de la première “boucle” (figure de voltige aérienne connue sous le nom de looping). C’est à proximité de cet aérodrome qu’il perdra la vie au cours d’un combat aérien. En effet, le 31 août 1915, il reçut une balle ennemie en plein cœur alors qu’il survolait Petit-Croix (Territoire de Belfort).

Belfort est devenu un centre aéronautique militaire le 22 août 1912. À cette époque, les avions décollaient depuis le Champ de Mars situé à proximité de l’étang des Forges. Le 8 février 1916, ils furent déplacés à Fontaine-les-Luxeuil, pour échapper aux obus allemands. Si les appareils étaient en sécurité, la ville de Belfort se retrouvait à la merci des bombardiers ennemis. Les militaires décidèrent donc de créer un terrain à Chaux. Ce dernier s’étendait sur 175 hectares et fut opérationnel dès 1917. Il accueilli plusieurs escadrilles dont la SPAD 315 jusqu’à la fin de la guerre. En 1920, 122 hectares furent rendus à la culture. Les 53 hectares restant servent encore aujourd’hui à l’aviation civile.

L’aérodrome dispose de deux pistes en herbe orientée sud-nord :

une piste 18R/36L longue de 900 mètres et large de 50 ;
une piste 18L/36R longue de 920 mètres et large de 80, accolée à la première et réservée aux planeurs.
L’aérodrome n’est pas contrôlé. Les communications s’effectuent en auto-information sur la fréquence de 123,500 MHz.

S’y ajoutent :

une aire de stationnement
des hangars
une station d’avitaillement en carburant (100LL)
un restaurant





Booking.com