Cernay


    image radar France


    image radar France




    Newsletter:

  • Urbanisme
  • Back to Portfolio






Cernay est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est. Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d’Alsace.
Elle est le bureau centralisateur d’un canton dépendant de l’arrondissement de Thann, dans l’aire urbaine Thann-Cernay.
Ses habitants sont appelés les Cernéens et les Cernéennes.
Arrosée par la Thur, bordée à l’ouest par le massif vosgien, Cernay est traditionnellement un lieu de passage, au carrefour des nationales 66 et 83, à 6 km de Thann, 12 km de Guebwiller, 18 km de Mulhouse, 36 km de Colmar et 35 km de Belfort.

Saint-André : lieu-dit situé à 2 km de la mairie, au sud de la ville. Saint-André été durement éprouvé durant les deux grandes guerres. Il accueille depuis 1891 un institut d’accueil de personnes handicapées mentales et une zone horticole.

En allemand : Sennheim.
Sennenheim (1144), Sennenhem (1156), Senneheim (1179), Senene (1191), Senheim (1259), Senhin (1275), Seyreney (1307), Senhein (1312), Sennen (1576), Cernay (1793).
Le nom de Cernay est mentionné sous les formes Sennenheim en 1144 (d’où la forme allemande), Sennene en 1184 (d’où la forme alsacienne), Seyrenay en 1327 d’où la forme française Cernay, dont la graphie actuelle apparait seulement au xixe siècle.
Il s’agit donc d’une adaptation française de son nom germanique et est donc sans rapport avec les toponymes du type Cernay qui dérivent du celtique *(i)sarnāko- « lieu où il y a du fer », latinisés en Sarnacum. Dans les régions germanisées, le suffixe -acum aurait abouti à -ich ou -ach.
Le premier élément s’explique par un nom de personne germanique, comme c’est le plus souvent le cas dans ce type de formation en -heim.

Le bassin houiller stéphanien sous-vosgien est situé au sud-ouest du territoire communal, à proximité de la ville.

C’est probablement aux environs de Cernay, en septembre 58 av. J.-C., que Jules César, aidé de quelques troupes gauloises éduennes et séquanes, battit Arioviste chef des Germains Suèves, qui menaçait d’envahir la Gaule du Nord-Est. En l’absence de preuves archéologiques et compte tenu de l’imprécision des écrits de Jules César, un grand nombre d’historiens comme C. Oberreiner et J.J. Hatt s’accordent à situer le lieu de la bataille dans un quadrilatère situé entre Cernay, Reiningue, Mulhouse et Wittelsheim, peut-être dans cette grande plaine alluviale qu’est l’Ochsenfeld. Cette bataille opposa environ 40 000 Romains/Éduens à 60 000 Germains et se solda par la débâcle des troupes d’Arioviste, dont les rares survivants réussirent à franchir le Rhin. {Le proconsul César disposait de six légions}.

Dénommé Sennenheim en 1144, la cité fut fortifiée dès 1268. Faisant partie du comté de Ferrette, elle passa aux Habsbourg en 1324. Elle devint française, comme une grande partie de l’Alsace, par les traités de Westphalie du 24 octobre 1648.

La ville a été en grande partie détruite en 1914 et 1915, durant la bataille de Mulhouse (1914) et à nouveau très endommagée début 1945 par les combats de la « poche de Colmar ».
La commune a été décorée le 2 novembre 1921 de la croix de guerre 1914-1918.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que la ville se trouvait en zone annexée au Reich allemand, l’ancien asile psychiatrique servit de centre d’instruction pour les volontaires et sous-officiers de la Waffen-SS, en particulier pour les membres des divisions francophones, comme la division Charlemagne.
En janvier 1945 (19 au 6 février), les Commandos d’Afrique mènent de durs combats sur les Hauts-de-Cernay/Thann/Aspach, face à des troupes allemandes parfaitement équipées pour le froid et la neige (Alpin Jaeger).
La commune a été décorée, le 27 mai 1952, de la croix de guerre 1939-1945 avec étoile d’argent.



webcam Cernay