St John’s


    image radar France

    image radar France



  • Camstreamer & Youtube, Eau
  • http://www.cbc.ca/
  • Back to Portfolio






Un souvenir qui ne s’efface pas…

Pour toujours, chaque nuance banale de beige vous incitera à fermer les yeux pour vous remémorer les maisons vert lime, jaune éclatant et vert bleuté le long du port. Et même le plus bref instant d’ennui vous fera revivre des moments de joie spontanée et d’amitiés imprévues.

Si St. John’s est aujourd’hui la capitale de la province de Terre-Neuve-et-Labrador, historiquement elle en était la capitale anglaise. À l’arrivée des colons européens et pendant 50 ans, Terre-Neuve a compté deux capitales : une anglaise et l’autre française située à Plaisance sur la péninsule d’Avalon. L’histoire de St. John’s et de la péninsule d’Avalon est indissociable de celle de Plaisance (Placentia aujourd’hui).

On aime dire que la fondation de St. John’s remonte au voyage de Jean Cabot en 1497. Il serait entré dans le port de St. John’s, le soir de la Saint-Jean-Baptiste, lui donnant ainsi son nom. Le port est depuis cette date le lieu de rencontre des navires de toute nationalité. C’est aussi à St. John’s, le 5 août 1583, que Sir Humphrey Gilbert débarqua pour prendre possession de l’île au nom de la Reine Elizabeth d’Angleterre.

Le centre-ville de St. John’s… est à découvrir à pied. Le plan des rues remonte à 1892, année où le feu a ravagé la plus grande partie de la ville pour la troisième fois au 19e siècle. Des rues plus larges ont été tracées pour empêcher le feu de se répandre entre les pâtés de maisons. Malgré son bien-fondé, ce plan a été prévu pour la circulation des voitures à chevaux et des tramways. Depuis la 1re Guerre mondiale, St. John’s s’est adaptée comme bien des vieilles villes d’Europe, aux exigences de la circulation automobile.

La scène artistique… Écrivains, musiciens, peintres, sculpteurs, et poètes se côtoient. Au cours des 30 dernières années, les Terre-Neuviens sont passés de l’importation des goûts de New York et de Toronto à la production de talents locaux. Un accent particulier est mis sur l’artisanat : nombre de boutiques du centre-ville offrent une grande variété d’articles de laine ou de soie, de sculptures, de bijoux et d’autres objets faits à la main. Dans cette production, les thèmes et les matériaux locaux dominent. L’environnement et la culture de la province sont un puits sans fond d’inspiration. Le théâtre dramatique qu’on y crée s’intéresse aux gens et aux événements de l’histoire de Terre-Neuve-et-Labrador.