Saint-Malo – Le Port


    image radar France

    image radar France



  • Culture & Patrimoine, Eau, Urbanisme
  • http://www.ville-saint-malo.fr/
  • Back to Portfolio






Aussi vaste que les Jardins des Tuileries à Paris, la citadelle est ceinturée de remparts longs de 1754 mètres.

Contrairement à l’intérieur de la Ville détruite à 80%, les remparts n’ont pas souffert des bombardements des alliés en 1944. L’enceinte primitive fut construite au 12ème siècle. Ces remparts entourent que 16 hectares de la ville jusqu’au 16ème siècle.

Entre 1708 et 1742 Siméon Garangeau, ingénieur architecte du roi, dirige le programme d’agrandissement des fortifications conçu par Vauban. La superficie de la cité s’étend sur 24 hectares. Une spécificité des remparts de Saint-Malo est qu’ils sont posés sur le rocher qui supporte la ville et ne tiennent que par le poids des pierres empilées.

Depuis la Porte Saint-Vincent, principale entrée de la cité intra muros jusqu’à la Porte Saint-Thomas, les remparts mesurent 1754 mètres. Les remparts de Saint-Malo sont classés Monument Historiques depuis 1921.

A l’origine, les bateaux venaient s’y amarrer pour faire transiter les marchandises en provenance des mers du Sud, de la Chine et de l’Arabie pour rejoindre les entrepôts des hôtels particuliers des armateurs corsaires.

La Grand’ Porte est composée de deux tours et d’une plate forme de tir portée par des machicoulis à quadruple ressaut (caractéristique de la deuxième moitié du 15ème siècle).

Fort National: Le rocher de l’Islet sur lequel s’appuie le Fort National servait au Moyen Age de point de repère pour les bateaux. En 1689 Louis XIV décida de faire du rocher un bastion défensif contre les attaques anglaises. Vauban dessina les plans du fort et l’ingénieur Siméon Garangeau les exécuta.
Le fort pris le nom de Fort Républicain, sous la Révolution, de Fort Impérial sous Napoléon Ier, de Fort Royale sous la restauration, de nouveau de Fort Impérial de 1852 à 1870 et de Fort National depuis cette date.
Le Fort est classé Monument Historique depuis 1906.

Fort de La Conchée: Selon le plan de défense de Saint Malo par Vauban, Garangeau va réaliser ce fort-navire tout en arrondi (1692 – 1695) sur un rocher que recouvre la mer Situé à 4km au nord de Saint-Malo, on le considère comme l’un des chefs-d’œuvre de Vauban. “Il n’y aura rien de mieux fait, ni de plus fort que les voûtes de la Conchée”.

Ile du Grand Bé: Monticule rocheux à 400 mètres de la cité accessible à marée basse.
Le mot « Bey » veut dire tombe en celtique.
Il a accueilli la première commune de Saint-Malo lorsque en 1308, les Malouins, révoltés contre leur évêque, s’y assemblèrent pour élire un maire. Vers 1360, des ermites y bâtirent une chapelle dédiée à Notre-Dame-du-Laurier puis à Saint Ouen. Une redoute fut construite en 1555, puis remplacée par d’autres fortifications en 1652.
Chateaubriand est enterré au Grand Bey le 18 juillet 1848. Vingt ans avant sa mort l’écrivain a manifesté son désir d’être inhumé sur ce lopin de terre, face au large, pour poursuivre sa conversation avec la mer.

Fort du Petit Bé: A la fin du 19ème siècle, les forts sont déclassés. L’ile de Cézembre, au large de la baie de Saint-Malo, suffit à défendre la ville.
Le fort est mis en vente, mais les malouins ne veulent pas payer un bien qui leur revient naturellement. Les négociations vont durer pendant 4 ans, jusqu’au décret du Président Félix Faure, en 1885, qui déclare d’utilité publique l’établissement d’une promenade « hygiénique » pour les Malouins sur le Grand Bé et le Petit Bé. Le fort devient donc la propriété de la Ville. Il est classé Monument Historique en 1921 tout comme les remparts.
Depuis plusieurs années, un passionné titulaire d’un bail emphytéotique restaure le Petit Bé afin de lui redonner à cet ancien fort toute l’authenticité qui fut la sienne au début de ses travaux de construction en 1689. Il fût achevé en 1707, l’année de la mort de Vauban.