Hyères – L’Almanarre


    image radar France


    image radar France


  • Eau
  • http://www.hyeres.fr/
  • Back to Portfolio






Hyères est une commune française du département du Var et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Chef-lieu de deux cantons, la ville est située sur la rive de la mer Méditerranée à 16 km à l’est de Toulon, à l’embouchure du Gapeau. Cette station balnéaire est appelée « Hyères les Palmiers » par la municipalité et l’office du tourisme2 en raison des 7 000 palmiers plantés dans la commune et cultivés dans les pépinières3. Ses habitants sont les Hyérois4,5. Au 1er janvier 2014, la population hyéroise atteint les 55 774 habitants.

Sous l’impulsion de son maire Alphonse Denis, Hyères devient vers 1830 une destination touristique de premier ordre et une station climatique d’hiver réputée pour ses cures thermales et fréquentée par la haute société aristocratique européenne, notamment par la communauté anglaise qui laisse une empreinte architecturale toujours perceptible dans le paysage urbain actuel.

La ville est aussi le berceau des premières tentatives d’acclimatation de plantes exotiques sur la Côte d’Azur à partir de 1850, grâce à des horticulteurs de renom qui acquièrent une réputation internationale, exportent dans toute l’Europe palmiers et cactées produits dans leurs pépinières et fournissent les grands propriétaires hivernants, passionnés de botanique.

Aujourd’hui, outre la culture du palmier, Hyères occupe une position de tête en ce qui concerne la floriculture et la viticulture. Les établissements de santé, souvent d’anciens sanatoriums reconvertis en centres de réadaptation fonctionnelle, comptent parmi les plus importants du département. La villégiature d’été à Hyères connaît un essor grâce à son port de plaisance, aux plages et à la proximité de lieux touristiques majeurs comme les îles d’Or, protégées partiellement par un parc national, les Salins ou le site archéologique d’Olbia.

Hyères est située sur la Côte d’Azur et bénéficie d’un climat méditerranéen aux étés chauds et secs et aux hivers doux et relativement humides. La rade peut être soumise à des vents violents avec un record établi à 148 km/h le 28 novembre 1983. Le mistral y souffle, bien que la commune soit abritée au nord par le massif des Maures (le mistral provenant d’ouest, et obliquant vers l’est, au sud de la vallée du Rhône l’atteint donc). Elle est parfois exposée au levant (ou “vent d’Est”) qui s’engouffre dans la rade entre l’île de Port-Cros et le cap Bénat mais est protégée du sirocco par l’île de Porquerolles et la presqu’île de Giens. En moyenne annuelle, la température s’établit à 15,9 °C avec une moyenne maximale de 20,1 °C et une minimale de 11,8 °C. Les températures nominales maximales et minimales relevées sont de 29 °C en juillet-août et 6 °C en janvier et février, valeurs douces grâce à la présence de la Méditerranée et de l’agglomération toulonnaise. Les jours de gel sont assez rares mais le 10 février 1986 fut relevée la température de −7,5 °C. À l’inverse, le 7 juillet 1982 la température de 40,1 °C établissait un record. L’ensoleillement moyen s’établit à 2 899,3 heures par an avec une pointe à 373,8 heures en juillet. Autre valeur importante, caractéristique du climat méditerranéen, les précipitations totalisent à Hyères 665 millimètres sur l’année, valeur relativement faible par rapport à d’autres communes du pourtour méditerranéen et surtout les pluies sont très inéquitablement réparties avec moins de sept millimètres en juillet et près de quatre-vingt-quatorze millimètres en octobre. Le record de précipitations relevées en vingt-quatre heures s’établissait à 156 millimètres le 16 janvier 1978 ; le 15 juin 2010, il s’établit désormais à 200 millimètres.