Cléder


    image radar France


    image radar France




  • Eau, Sport
  • https://clubnautiquecleder.jimdo.com/
  • Back to Portfolio






Bénéficiant d’un cadre exceptionnel avec la grande plage de Roguennic, le club nautique Clédérois propose aux amateurs de voile, débutants comme confirmés des sorties en mer parmi les plus belles de Bretagne.
Des stages adaptés à votre niveau et vos envies vous sont proposés quelque soit votre âge.
Le club nautique Clédérois est un club spécialisé dans les sports de glisse: Catamaran et planche à voile.

Cléder est une commune française située dans le département du Finistère, en région Bretagne.
Située en bordure de la Manche, et proche de Saint-Pol-de-Léon, Cléder se situe entre les communes de Plouescat, Sibiril, Tréflaouénan et Saint-Vougay. Sa superficie est de 3 744 hectares (soit 103,6 hab/km²). La distance entre Cléder et Morlaix est 22 km (Morlaix se trouve au sud-est de Cléder).

Cléder fit partie de la Communauté de communes de la Baie du Kernic jusqu’à sa fusion avec la communauté de communes du Pays Léonard, et désormais, depuis le 1er janvier 2017, de Haut-Léon Communauté.

Le littoral, orienté est-ouest et à dominante sableuse (d’où l’appellation touristique de “Côte des Sables”1), bordé d’un cordon dunaire de faible hauteur (13 mètres maximum) et peu large, va de l’estuaire du Pont-Neuf (où se jette un minuscule fleuve côtier, qui sert de limite avec Sibiril) à l’est, à la plage de Kerfissien à l’ouest, en passant par Tévenn Braz, les plages de Groac’h Zu et de Kervaliou et la plage des Amiets; quelques pointes rocheuses très modestes an Holed, an Amied) les séparant.

Ce littoral, anciennement marécageux (un hameau de Cléder porte le toponyme révélateur de “Palud”) et tourbeux (une grande tourbière existait devant Kerrien et Roguennic avant les aménagements survenus pendant la seconde moitié du xxe siècle2) est très fragile et menacé par l’érosion; le cordon dunaire est régulièrement aminci par les tempêtes et sa rupture éventuelle menacerait les maisons, des résidences secondaires pour la plupart, situées juste en arrière. Chaque année, il faut réensabler (« On a remonté 2 000 tonnes l’hiver dernier » [hiver 2016-2017] dit le maire, Gérard Daniélou, qui voudrait prolonger les enrochements déjà existants, mais cela est désormais interdit, car la commune est classée “Site remarquable” depuis 1986.

Le bourg de Cléder s’est développé sur le plateau, vers 45 mètres d’altitude, à l’écart de la côte, comme c’est le cas pour la plupart des communes voisines, probablement en raison des menaces que représentait le littoral en raison des dangers d’incursions d’envahisseurs venus de la mer et de son caractère inhospitalier, le dit littoral n’étant pas propice à un développement portuaire, même si un modeste port de plaisance a été aménagé au Poulennou dans le cours du xxe siècle et était traditionnellement peu habité. Ce plateau est troué de quelques vallons creusés par de minuscules fleuves côtiers coulant sud-nord, à l’exception du Kérallé, qui coule est-ouest car il se jette dans l’anse de Kernic. Les altitudes les plus élevées (66 mètres au maximum) se rencontrent dans la partie sud du finage communal.

Paradoxalement, malgré la proximité de la mer, Cléder était avant tout une paroisse, et est encore une commune rurale, faisant partie de la Ceinture dorée, cultivant choux-fleurs, artichauts, oignons de Roscoff (AOC), échalotes, etc.

L’habitat rural traditionnel est dispersé en un grand nombre de hameaux et fermes isolées, répartis dans l’ensemble du territoire communal. Ce n’est que dans la seconde moitié du xxe siècle que des lotissements touristiques se sont créés le long du littoral, juste en arrière du cordon de dunes.

Cléder est terre de granit : gris clair, un peu bleuté en profondeur, à grains moyens, très résistant, c’est ce granit qui fut extrait du littoral clédérois afin de mener des réalisations architecturales : par exemple, depuis des carrières exploitées à ciel ouvert situées près du littoral aux lieux-dits “La Grève Blanche” et “Port-Neuf”, le granite de Cléder fut utilisé pour construire l’église de Plouénan, pour daller les églises de Tréflez et de Roscoff et pour construite des ouvrages d’art sur la ligne ferroviaire allant de Morlaix à Roscoff. Le géologue Louis Chauris qualifie Cléder de « véritable petite capitale du granite à la fin du xixe siècle ».

En 1875, Émile Cartailhac écrit : « Entre le bourg de Cléder et celui de Plouescat est une étendue de terrain très considérable, couverte d’une grande quantité d’énormes pierres brutes, usées et arrondies avec le temps. La plus grosse de ces pierres, qui obstruait le chemin de Plouescat ayant été brisée, on trouva dessous plusieurs haches en bronze et beaucoup d’instruments du même métal d’une forme et d’un usage inconnu »

La ville, située sur le littoral de la Manche, dispose d’un climat tempéré océanique et est soumise, toute l’année, aux influences maritimes. Le Gulf Stream, courant chaud venant de l’Atlantique, protège la côte et permet d’éviter les amplitudes thermiques importantes.